Accueil

Réalisateurs

Personnages

Artistes

 Partenaires

L'équipe
 

 

William Henri

Créer, explorer, se surpasser et toujours en faire plus ! Natif de Chibougamau, j’ai tenté pour la première fois de faire des images à 14 ans. Les résultats ? Un film horrible et inécoutable de 20 minutes et, le plus important, un désir d’en faire un autre… Et un autre, et un autre… Paintball, piano, ski, musique, publicité, c’est face à une panoplie d’intérêt divers que l’orienteur scolaire n’a jamais su quoi faire avec moi et c’est après un DEC en sciences de la nature dans les poches que je me suis ramassé en cinéma. Quatre ans après, je roule ma business de vidéo publicitaire, je suis professeur et directeur d’un cours de cinéma au secondaire et j’étudie en publicité et en arts visuels.

 

Malgré tout, la soif d’expérience me guide toujours et c’est avec grand plaisir que j’embarque dans un projet aussi inspirant que Vixit. Au plaisir !

 

Gabriel Arteau

Gabriel Arteau, 20 ans, ancien étudiant en cinéma au Cégep Garneau et actuellement à l'université en philosophie. J'ai fait du cinéma sous plusieurs angles : réalisateur, comédiens, caméraman, préposé au café, etc. Et c'est définitivement en ayant vécu toutes ses expériences que j'ai pu apprécié le 7e art et toute sa complexité.

Mais, avant tout, je suis un enfant de l'improvisation, que je pratique maintenant depuis plus de 7 ans. J'aime ce qui est pris sur le vif, l'inspiration du moment, l'effervescence d'une création spontanée. Je n'ai pas un grand C.V. cinématographique, mais le cinéma a toujours fait parti de ma vie et n'est pas prêt de la quitter.


 

Simon Bastarache, caméraman

Bonjour,  mon nom est Simon Bastarache, j’ai 19 ans et j’habite dans la grande région de Québec.  J’étudie actuellement en Arts & Lettres, profil cinéma au Cégep Garneau, pour ensuite compléter un certificat en Créations Littéraires à l’Université Laval, suivit par là-suite d’un DEP en photographie au Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau.   Je fais de la photographie depuis l’âge de douze ans et je suis un véritable passionné qui a su constamment saisir toutes les opportunités qui se sont présentées à moi pour apprendre du milieu et acquérir de l’expérience.   J’ai récemment découvert les joies de la peinture et j’aime beaucoup les arts sous ses médiums les plus variés (photographie, peinture, dessin, musique, cinéma, etc.).  J’aime beaucoup faire du plein air, loin de toutes civilisations et du monde extérieur et du cyclotourisme.  Ce moyen de transport qu’est le vélo me permet de voyager, d’explorer et ainsi, de mieux connaître le Québec dans lequel je vis, tout en favorisant une meilleure condition physique et un bien-être.

 

Je remercie chaleureusement l’équipe Vixit de m’avoir intégré parmi eux, c’est un véritable privilège pour moi de faire partie des vôtres et que de pouvoir développer des projets amenant les uns les autres à rendre notre monde tout simplement meilleur.  Car ce ne sont pas uniquement les jeunes qui bénéficient des projets que nous développons pour eux, jeune, moins jeune, tout le monde y gagne au bout du compte.  Vixit, un mégaprojet créé par des jeunes, pour des jeunes! 

 

 

Emilie Allisson

D'aussi loin que je me rappelle, j'ai toujours adoré le cinéma. Mais l'idée d'en faire un métier ne m'est pas venue instinctivement. Après le secondaire je ne savais pas trop dans quoi me diriger au cégep, alors j'ai choisi l'option qui me ressemblait le plus, le cinéma et les communications.

 

Je sortais donc de l'école deux années plus tard avec un diplôme préuniversitaire en poche, sans trop savoir où cela me mènerait. Après avoir travaillé dans la représentation, l'hôtellerie, la vente et avoir appris le langage des signes pour devenir interprète, je n'étais toujours pas branchée sur un plan de carrière. C'est alors que je suis tombée par hasard sur un projet en collaboration avec le Réseau des carrefours jeunesse-emploi. J'ai eu la chance de participer à la production d'un long métrage avec mission de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes à certains troubles d'apprentissage menant au décrochage scolaire. Ce que j'ai aimé de ce projet, c'est qu'il a été pensé et réalisé par des jeunes, un peu comme Vixit. Il sert maintenant d'outil de prévention pour les commissions scolaires.

 

C'est aussi grâce à ce projet que j'ai finalement fait un retour à l'école. J'ai complété une formation en caméra, son et lumière et je commence maintenant à travailler dans le domaine. J'adore toujours le cinéma mais désormais, je fais mon propre cinéma !


Rémy Martel

Depuis que je suis tout jeune, je m’intéresse au cinéma et à ses tours de magie. Au secondaire, j’ai suivi un cours de cinéma et déjà à cette époque mon court métrage a fait un succès. Mon goût pour l’écriture se développant, j’ai commencé à écrire des scénarios et je suis entré au cégep de Sainte-Foy en cinéma et création. Lors de mon séjour, j’ai cumulé les félicitations et les compliments non seulement des professeurs mais d’entreprises externes.

 

Je crois que l’humour est une touche importante à apporter dans une œuvre c’est pourquoi je me suis engagé dans le comité Drôle de Gala afin de créer et de mettre en scène un spectacle d’humour. C’est un défi intéressant à relevé qui stimule la créativité. Ayant touché à tous les aspects d’une réalisation cinématographique, j’ai un certain bagage peut-être moins imposant que d’autre mais sans toute fois manquer de motivation.


 

Orania Gros-Louis

Je me présente : Orania Gros-Louis, je suis de la nation Wendat par mon père et Innu par ma mère. J'ai toujours été intéressée par le milieu artistique. J'ai quelques expériences en théâtre grâce à une formation donnée par la compagnie de théâtre Ondinnok, en collaboration avec l'École nationale de théâtre du Canada.

 

Par la suite, en 2009, j'ai suivi une formation en audiovisuel pour les Premières Nations, donnée par le Conseil en éducation des Premières Nations et l'Université de Chicoutimi. Depuis ce temps, j'acquiers de l'expérience comme recherchiste, scénariste et réalisatrice. Je fais partie d'un petit groupe qui a récemment fait l'ouverture de notre centre d'artistes en audiovisuel pour les Premières Nations, appelé Tewekan Vision.


 



Sarah l'Italien

Malgré son jeune âge, Sarah L'Italien n'est pas une novice dans son domaine. Dès l'âge de 12 ans, elle se trempait les pieds dans le milieu. De Secondaire en spectacle au Carrousel du film de Rimouski, la jeune femme de Sainte-Anne-des-Monts cumule les nominations et les récompenses.

 

Diplômée de l'École de Cinéma et Télévision de Québec, son parcours est déjà parsemé de multiples honneurs, de Longueuil jusqu'en Belgique où elle fut nominée aux Pom's d'Or, un festival international de films d'essai, d'animation et de courts métrages.


 

Marie-Noëlle Anctil

Native de Saint-Jean-Port-Joli, j’ai toujours été passionnée par l’art. J’ai gouter à toutes les formes d’expression artistique. En passant de la danse à la musique et du théâtre à la réalisation. J’ai toujours baigné dans le milieu artistique. Depuis l’adolescence, j’ai un faible pour la photographie et le cinéma. J’habite à Québec depuis 2008. J’ai fini mon DEC au Cégep de Sainte-Foy en Cinéma et Création. Je possède mon propre équipement de capture d’image. Je suis très autodidacte. Je suis aussi la principale organisatrice de la marche des zombies de Québec.

 

J’aime crée des nouveaux événements, des nouveaux projets et des nouveaux défis. Je n’ai pas peur de prendre des risques et d’aider son prochain. Pour moi le meilleur moyen de s’exprimer c’est à travers un médium artistique.

 


Bruno Lebel

Natif de La Pocatière, j'ai complété un diplôme d'études collégiales au Cégep de Sainte-Foy dans le large domaine du multimédia. Passionné par la vidéo et le montage, j'ai fait mon stage au Festival de films de Portneuf sur l'environnement, puis l'année suivante j'y travaillais comme caméraman et monteur. Par la suite, j'ai effectué avec succès quelques contrats de vidéos pour le compte de différentes compagnies. Mon intérêt pour la création visuelle m'a également amené à accepter des contrats de photographie pour de nombreux hôtels. Ces expériences m'ont prouvé que je désirais en faire ma carrière.

 

Pour me spécialiser davantage dans le domaine, j'ai suivi la formation Réalisation cinéma offerte par l'École de Cinéma et Télévision de Québec que j'ai terminée avec succès et mention. J'ai également pu m'exercer dans le domaine de la gestion par l'entremise de mon père. Puisque ce dernier possède un restaurant depuis juillet 1994, j'ai eu la chance de contribuer à l'évolution de l'entreprise et vivre les dessous du métier. N'ayant pas peur de travailler, j'ai commencé comme plongeur à l'âge de 14 ans et j'ai gravi les échelons jusqu'au poste d'assistant gérant pour remplacer mon père à plusieurs occasions. J'ai adoré l'expérience de vivre la réalité d'un gestionnaire. Aujourd'hui, je consacre mon temps à mon entreprise tout en travaillant encore en tant que serveur les fins de semaine. J'ai pu développer ma débrouillardise et mon sens de l'organisation qui sont des qualités essentielles de l'entrepreneur.

 

Carl Tremblay

Natif de Chicoutimi, j'ai complété un baccalauréat en informatique de gestion qui est une fusion entre le programme en informatique et celui d'administration. Durant mes études, j'ai travaillé cinq ans dans un club vidéo et j'ai ainsi développé, en plus de ma connaissance cinématographique, une très bonne communication avec la clientèle.

 

Par passion, j'ai débuté un certificat en études cinématographiques à l'Université du Québec à Chicoutimi. Puis je suis déménagé dans la ville de Québec afin de poursuivre ma formation en réalisation à l'École de Cinéma et de Télévision de Québec. J'y ai complété ma formation avec mention et mon court métrage réalisé dans le cadre de cette dernière a récolté plusieurs prix ainsi qu'une sélection au Festival du cinéma de la Ville de Québec. J'ai effectué plusieurs contrats en tant que pigiste pour la compagnie Technicolor (devenue Bleu Intégration média) à titre d'assistant de production, de pigiste et d'assistant électro/machino. J'ai ainsi eu la chance de travailler sur des plateaux de tournage de productions publicitaires de grande envergure.

Vincent Lemieux

Je m'appelle Vincent Lemieux, 19 ans. Jusqu'à preuve du contraire je suis d'origine terrestre, plus précisément de la Gaspésie. Je suis réalisateur et humoriste. J'ai étudié à l'École de Cinéma et Télévision de Québec en tant que réalisateur. J'aime les arts en général, ça me permet de me créer un univers dans lequel je suis bien et d'apporter une aide à ceux qui en veulent.

 

Je suis un éternel insomniaque et je souffre d'amnésie sélective. J'ai commencé à faire de l'humour sur scène à l'âge de 12 ans, j'ai donné mon premier spectacle solo à l'âge de 14 ans. Je n'ai pas de réalisation marquante à mon actif mais j'y travaille. J'espère pouvoir toucher les gens par mes talents (que je cherche encore à découvrir)...

 

 

Le traducteur anglophone

Jonathan Fournier

Jonathan est un écrivain basé à Montréal et diplômé d'études en communication de l'Université Concordia. Sur sa table de travail, il a plusieurs scripts (pour le cinéma et le théâtre) à divers stades de développement.

Jonathan Fournier a produit la pièce The Boy and the Wrapper au Festival Fringe de Montréal 2010 et se prépare maintenant à produire sa nouvelle pièce, Miner Inconvenience. Il est heureux de participer au projet Vixit.


La traductrice espagnole

Ann Sylvain

Je suis native de
Rivière-du-Loup et j’habite la ville de Québec depuis de nombreuses années. J’ai étudié l’espagnol et obtenu un certificat à l’Université Laval. J’y complète présentement un baccalauréat en littérature dans le but d’enseigner.

Passionnée des lettres et des langues, j’ai quelques projets d’écriture en cours. La cause des jeunes me touche énormément, j’aimerais apporter ma touche, ma contribution.

C’est donc avec plaisir et fierté que je me joins au projet Vixit.